TEXTES DE MAITRES HINDOUS

 


 

MA ANANDAMOYI

Toutes choses sont identiques en essence, et l'univers est la manifestation de l'unique Cause ultime. Celui qui n'a pas vu les Himâlayas les imagine comme une seule montagne, mais quand il s'en approche, il voit que ces immenses chaînes comprennent des centaines de montagnes, qui s'étendent sur de longues distances, avec des milliers de hauts sommets neigeux, et des arbres, des fleuves, des sources. Il en est de même dans le domaine spirituel: lorsqu'on approche la Vérité, la Lumière et qu'on plonge profondément dans les mystères, on réalise l'Un dans le Multiple, ou le Multiple dans l'Un. En réalité, nous nous mouvons avec l'Un, mais ce qui est curieux, c'est que nous nous égarons souvent dans le Multiple.

Nous marchons pas à pas; nous satisfaisons notre appétit en prenant une à une des bouchées de nourriture ; l'alphabet construit les mots lettre par lettre; et les jours se succèdent pour former des mois et des années.

Vous dites souvent: « Il n'y a qu'un Dieu, qui n'a pas de second. » Et c'est la vérité. Dans ce monde, rien n'existe que l'Unique. Notre monde résulte d'expériences élémentaires obtenues par les cinq organes sensoriels, mais provenant toutes de l'Un et se fondant toutes finalement en cet Un; leur importance est proportionnelle à la mesure dans laquelle elles expriment l'Essence unique. Gardez ce seul but devant vous, et essayez de concentrer votre esprit sur l'une quelconque des expériences élémentaires (forme, saveur, etc.) qui émanent de l'Unique; vous vous apercevrez bientôt que dans l'Un sont incluses toutes choses. Alors vous réaliserez l'unité dans la diversité et la diversité dans l'unité; vous trouverez que dans le monde il n'y a rien d'autre que cet Un.

 

Tant que le langage vous est nécessaire pour communiquer avec autrui, employez-le, mais très parcimonieusement. Écoutez ce que les gens vous disent et ne répondez que lorsque c'est nécessaire, par quelques mots, à dose homéopathique. Vous savez bien que là où les médicaments allopathiques, à fortes doses, restent sans effet, quelques gouttes minuscules produisent parfois des effets miraculeux! Les gens ne parlent que pour faire étalage de leur supériorité, de leur érudition et de leur habileté dans la discussion. Mais l'action est plus puissante que les mots. La valeur d'un homme ne se mesure pas au volume ou à la force des arguments qu'il peut présenter. Argumentez en vous-même, dans l'introspection, et maîtrisez vos passions; alors vous constaterez bientôt que l'envie de parler a presque disparu.

 

 Toute chose doit avoir un noyau autour duquel les sensations puissent se développer. Plus votre esprit trouve son centre, et plus haute est la note de santé, de paix, de tranquillité. Et alors un aperçu de l'Infini peut devenir possible. Choisissez une image ou une silhouette ou un symbole ou un son comme centre de votre pensée et tenez-vous y constamment. Votre esprit viendra y chercher le repos lorsqu'il aura erré à l'aventure. Un sentiment de dévotion se développera peu à peu et Dieu sera installé sur l'autel de votre coeur. A notre époque, il est très difficile pour un adorateur d'acquérir une conception du Divin, soit par les méthodes de yoga, soit en cherchant à fondre le moi individuel dans le Moi universel.  

  Extraits de "Aux sources de la joie " de Mâ Ananda Moyî, Ed. Spiritualités Vivantes Albin Michel


 

SWAMI PRAJNANPAD

Paroles de Svamiji

 

 

 

 

                           

                           

                                              

 

 

 

 

 

 un tel dit ceci et le dit même avec colère... oui c'est qu'il ne pouvait pas parler autrement... 

tel autre a fait cela qui peut sembler abominable...oui...car il ne pouvait faire autrement...

Ce "oui", ce simple "oui" dit calmement et comme une compréhension profonde 

emplie de patience et de compassion est bien le plus haut des accomplissements

car il n'est plus rien qui vous soit étranger dont vous soyez séparé

tout ne fait plus qu'un

et cela 

tout cela 

ce n'est que

vous.

 

Extraits de Entretiens avec Swami Prajnanpad de R. Srinivasan, Ed. Accarias L’originel, 2000

 

La lettre de Svâmiji (à un élève)

Pour un homme (désireux de devenir un parfait adulte), il n'y a qu'une seule tâche à effectuer : être indépendant et libre en toutes choses.

Quand cette liberté est totale, c'est la perfection de l'être humain et c'est l'état naturel de la spiritualité. Etre libre de quoi ? Où réside l'enchaînement ?

L'enchaînement, c'est d'être leurré par le monde extérieur de quelque façon que ce soit.

Cette influence continuelle de l'extérieur imprègne l'enfant dès sa naissance de colorations qui sont des conventions ou des valeurs extérieures à lui. Le moi devient attaché à ces conventions, à ces valeurs extérieures et, et ce faisant, il ne cesse de se les approprier et de ne regarder le monde extérieur qu'au travers de ces colorations conventionnelles.

En vérité, que se passe-t-il ?

Vous n'êtes même plus capable de voir, vous êtes prisonnier de croyances. Voir et savoir ne peuvent plus être atteints.

Mais ce qui Est est déjà en vous tandis que vos croyances sont à l'opposé de ce qui Est.

Ainsi vous devenez chaotique, vous vous sentez misérable, vous devenez hésitant et effrayé, vous êtes emporté loin du bonheur, de la satisfaction et de la paix.

La liberté à l'égard de ces croyances mensongères et faire grandir en vous cette liberté, c'est cela le sens de l'humanité.

Qu'est-ce qui Est ? Qui Suis-je ? Qu'est le monde extérieur pour moi ? Je Suis Quoi ?

Connaître ces choses, c'est cela se connaître soi-même.

La première action requise est de reconnaître et d'accepter ceci.

Je suis ce que je suis ici et maintenant.

Cet acte augmente la capacité à voir et à savoir tout ce qui est maintenant et alors ce qui Est peut apparaître.

Maintenant, oui maintenant, bien que cela change et que tout change, que rien ne soit stable, bien que la vie soit en perpétuel mouvement toujours suivant son cours.

Connais, connais, connais-toi toi-même.

Te connaissant toi-même, tu arrives au JE qui est la Liberté.

C'est cela le début, le milieu et la fin de la Spiritualité.

 

J'ajouterai cette citation d'un stoïcien :

Le sage seul est citoyen,

tous les autres sont en exil.

Le sage seul est libre,

tous les autres sont esclaves

Le sage seul est riche.

(Manuel d'Epictète)

extraits de : Olivier Cambessédès, Le Quotidien avec un maître ; Swâmi Prajnânpad, éditions Accarias/L'Originel, 1995.  


Retour au sommaire des Maîtres spirituels

Accueil

Les textes de la semaine

 

Autres pages sur la religion :

Bouddhisme /Christianisme/ Hindouisme/Islam/Judaïsme/Arnaud Desjardins /Prajnanpad